Le guide de votre bien-être à domicile

Couette et housse

Choisir sa couette : le point sur les différentes matières

femme dormant

© Domenico Gelermo - iStockphoto

Lors de l’achat d’une couette, faites le point sur certains éléments capitaux pour vous assurer le meilleur confort : fibres naturelles ou synthétiques, terrain allergique… quelle couette pour quel usage ?
  1. La couette, accessoire idéal de la literie
  2. Les couettes naturelles, duvet, laine, soie et bambou

La couette, accessoire idéal de la literie

Venue des pays du Nord, de l’Est et du Canada, la couette, cousine des édredons d’autrefois, a désormais conquis la plupart des foyers de l’hexagone. Ses grandes qualités thermiques, sa facilité d’entretien, son confort, sont les alliés de votre sommeil… sans négliger le gain de temps et de mouvements au moment de faire le lit ! Pratique et facile à vivre, la couette est désormais plébiscitée par la plupart des foyers. Couette naturelle ou synthétique : laquelle choisir ? Quelques infos pour vous y retrouver parmi les différentes matières qui ont fait leurs preuves, et les nouveautés du marché.

Les couettes naturelles, duvet, laine, soie et bambou

On distingue 2 grands types de couettes : les couettes naturelles, en duvets d’oie ou de canard, en soie, en fibres de bambou ou en flocons de laine, et les couettes synthétiques, garnies de fibres de flocons synthétiques ou de cellulose.

Les couettes en duvet sont fabriquées à partir de plumes d’oies ou de canards. Les plumes prélevées sur des oiseaux matures, non gavés, sont de meilleure qualité. De même, l’usage final de l’animal influe sur la qualité de ses plumes. Les volatiles engraissés pour la fabrication du foie gras, même élevés en batteries, produisent un duvet plus épais que ceux nourris normalement : leur duvet présente des filaments moins épais, ce qui aura une incidence sur l’effet gonflant : la capacité à comprimer l’air et à renvoyer la chaleur sera réduite. Les vertus thermiques varieront donc en fonction de l’âge des volatiles et de la façon dont ils ont été nourris. De même pour le pourcentage de duvet et de plumes dans le garnissage. Ces paramètres sont importants dans la restitution finale du duvet.

Comme les couettes en duvet, les couettes en soie proposent une gamme de qualité variable suivant la qualité des soies utilisées. Le nec plus ultra de la couette en soie est obtenu à partir de cocons issus de vers à soie nourris de feuilles de mûriers. Les coiffes de soie utilisées produisent des fibres blanches et fines. Le fil d’un cocon sera unique et pourra mesurer près d’un kilomètre. Il faudra 3000 cocons pour réaliser une couette unique grand format.

Les couettes en bambou, parfaitement naturelles et végétales, ont l’avantage d’absorber parfaitement l’humidité, de neutraliser les odeurs et d’être anti-bactériennes, à condition que le garnissage soit bien en bambou. Vérifiez bien les étiquettes : de nombreux modèles sont estampillés « carbone de bambou et polyester » et souvent, seule l’enveloppe est concernée, l’intérieur étant purement synthétique. Une présence raisonnable de polyester dans le garnissage assurera chaleur, légèreté et gonflant, grâce à des technologies avancées.

Les couettes en flocons de laine sont fabriquées à partir de pure laine vierge. En simple ou double épaisseur, elles garantissent une chaleur dont les vertus ne sont plus à démontrer, et disposent d’une grande capacité de régulation de la température et de l’humidité. Le top de la qualité : les laines de cachemire, en provenance de plateaux lointains.

Les couettes synthétiques

En fibres ordinaires, creuses ou siliconées, ou encore en microfibres, les couettes synthétiques ont fait de grands progrès, offrant confort, gonflant et légèreté. Les meilleurs modèles sont constitués de fibres creuses siliconées : elles contiennent de l’air, qui est un isolant, et la silicone déposée permet de répartir les fibres uniformément sur toute la surface. Le gel microfibre associé au polyester produit le même résultat. L’effet gonflant est pratiquement égal à celui du duvet. On trouve des couettes synthétiques à tous les prix. Toutefois, les qualités thermiques seront variables suivant les modèles. Un conseil : évitez les prix plancher, le top de la qualité implique un investissement minimum.

Autrefois on conseillait une couette pour l’hiver et une autre pour l’été. La qualité actuelle des produits alliée à une bonne isolation thermique de l’habitation permet d’utiliser une couette unique pour toutes les saisons. L’astuce : superposer deux couettes au grammage variable, reliées par des lacets et séparables suivant la chaleur souhaitée.

Couettes naturelles ou synthétiques : avantages et inconvénients

Si les couettes en fibres naturelles ont une durée de vie plus longue, jusqu’à 10 ans, elles présentent des risques allergènes pour les personnes sensibles, à l’exception des couettes en flocons de laine qui conviennent aux personnes allergiques. Si vous êtes dans ce cas et préférez l’option naturelle, faites ce choix !

Les avantages des couettes naturelles :

  • d’excellentes qualités iso- thermiques, une bonne image
  • elles limitent les risques de transpiration, et grâce à leur garnissage naturel demeurent chaudes en hiver et fraîches en été
  • le confort douillet des garnitures en plumes animales. Plus la couette contient de duvet, plus elle est souple et chaude

Les personnes allergiques éviteront les plumes d’oie ou de canard et privilégieront les duvets en flocons de laine, en soie ou en bambou. Pour le nettoyage, direction le pressing ! Un passage en machine pourrait être fatal à une couette naturelle, à moins d’avoir un programme dédié sur son lave-linge.

Les couettes synthétiques ont une durée de vie plus limitée, environ 5 ans, mais présentent de grands avantages en terme d’entretien : elles passent à la machine à laver, de 30 à 90°, ainsi qu’au sèche-linge, au contraire des couettes naturelles y compris les couettes en soie et en fibres de laine et les couettes en bambou, qui nécessitent un nettoyage à sec. Aujourd’hui, les matériaux synthétiques ont fait de grands progrès. Les couettes synthétiques, très légères, gardent un gonflant très proche de celui du duvet, et évacuent très facilement l’humidité corporelle, grâce aux fibres de cellulose siliconées. Des éléments importants donc, à l’heure du choix d’une première couette ou de son renouvellement.