Le guide de votre bien-être à domicile

Couette et housse

Les normes européennes pour les couettes, garantie de qualité et de sécurité

femme dormant

© Domenico Gelermo - iStockphoto

Comment s’assurer de la qualité d’une couette à l’achat ? Une norme européenne existe, qui donne des indications précieuses sur l’origine des duvets et des oiseaux qui l’ont fourni, leur composition et le pourcentage en duvet et plumes.
  1. Une réglementation stricte dans 18 pays européens
  2. La norme EN 12934, revue de détail
  3. Cas particulier : les normes européennes pour les couettes d’enfants

Une réglementation stricte dans 18 pays européens

La réglementation européenne concernant les couettes est l’une des plus sévères au monde. La norme européenne EN 12934 réglemente la classification des duvets et des plumes. Mise au point par un collectif européen, les pays suivants sont tenus de l’appliquer : Allemagne, Autriche, Belgique, Danemark, France, Finlande, Grèce, Irlande, Italie, Luxembourg, Pays-Bas, Norvège, Portugal, Suède, Suisse, Tchéquie et Royaume Uni.

Véritable garantie de qualité du produit, elle porte sur des éléments précis :

  • l’origine du garnissage
  • la mention « matériaux neufs »
  • les espèces d’oiseaux qui ont fourni le duvet et les plumes (oiseaux aquatiques seuls, ou autres volatiles)
  • la proportion entre pourcentage de duvet et pourcentage de plumes
  • une classification de I à V, telle une note attribuée au duvet, le « I » étant la note la plus élevée.

La norme EN 12934, revue de détail

Tous les critères normés doivent être mentionnés sur l’étiquetage du produit. L’origine du garnissage est une information précieuse sur la probable qualité du duvet : plus le pays de provenance est froid, plus le duvet sera épais et volumineux. Toutefois, la provenance n’est pas une totale garantie de qualité : le mode d’élevage des volatiles suivant leur utilisation finale, a son importance. Des oies gavées pour leur chair et leur foie produiront un duvet de moindre qualité.

La mention « matériaux neufs » indique que les duvets contenus dans le garnissage n’ont jamais été utilisés au préalable. Certaines usines n’hésitent pas à réutiliser des duvets usagés en les mélangeant à des duvets neufs.

Oie ou canard : question de goût dans l’assiette, mais élément important question plumes. A priori, le duvet d’oie est de qualité supérieure, mais la provenance du canard peut compter tout autant : un canard des pays nordiques, élevé en pleine liberté, a un duvet plus développé et plus dense que celui d’une oie élevée en batterie, sous des latitudes plus clémentes.

Quant à la classification de I à V, elle donne des indications précieuses sur le pourcentage de duvet contenu dans le garnissage : 90 % de duvets d’oie ou de canard neufs (oiseaux aquatiques) permettent d’obtenir une « Classe I ». Moins de 5 % du garnissage sera constitué de plumes cassées et de fibres de plumes. Ce pourcentage va décroissant jusqu’aux classes IV et V, dont les garnissages sont très éloignés du duvet ou des plumes.

Cas particulier : les normes européennes pour les couettes d’enfants

Le gouvernement européen a légiféré pour la sécurité des plus petits. En effet, les accidents constatés chez les enfants durant leur temps de repos dans leur environnement de sommeil se chiffrent par milliers chaque année, près de 17 000 entre 2005 et 2007 pour la tranche d’âge de 0 à 4 ans.

Au-delà des normes citées plus haut, les couettes pour enfants et bébés doivent tenir compte des conditions d’utilisation : des indications sur la température de la chambre et celle fournie par la couette doivent être mentionnées afin de limiter les risques d’hyperthermie et de suffocation, et ceux d’une éventuelle incidence sur la mort subite du nourrisson. De même, les conditions de nettoyage doivent être précisées. Pas d’excentricité décorative pour les couettes d’enfants : boutons, perles, accessoires de décoration détachables sont proscrits. Quant aux lanières de fixation au tour de lit, elles seront obligatoirement de petite taille afin d’éradiquer tout risque de strangulation.

De nouvelles réglementations s’appliqueront également aux autres accessoires de la literie infantile : tours de lit, hamacs, gigoteuses, et matelas (qui devront être conçus afin d’éviter tout risque de coincement et d’asphyxie …) dès leur adoption officielle par le Parlement Européen dans les deux années à venir. Certains pays de l’Union les ont déjà mises en œuvre.